Cyna  
*
 
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
224 944 Messages dans 1 873 Topics par 582 Membres. Dernier membre: wakabayashy
Voir les plus récents messages du forum.
 
   Accueil   Aide Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
16 Octobre 2018 à 02:02
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Topic: Ninja Scroll II - Les OAV  (Lu 3276 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce Topic.
Hors ligne Vincent, sans pseudo
Cynoix
Cygneur
****
Messages: 1 559



WWW
« le: 25 Novembre 2003 à 14:14 »

Tout le monde a vu Ninja Scroll ici ? Et vous avez aimé ?

Pour ma part j'ai adoré, à l'exception des côtés "on fait un anime pour les adultes, donc on met du sang et du sexe même si c'est pas la peine".

Enfin bref, il y a une série de 13 OAV qui est sortie au Japon (ou qui sort ?), faisant suite au film, mais toujours rien en France, vous savez si c'est prévu ?

Il y a deux sites sur le sujet :

www.ninja-scroll.com
On y trouve le trailer
HQ : http://www.ninja-scroll.com/downloads/ninja_scroll_big.mov
SQ : http://www.ninja-scroll.com/downloads/ninja_scroll_small.mov

et www.jubee.tv
sur lequel on a toute une collection de setteis (http://www.jubee.tv/zukan13.html).
Ah la la ! Si seulement on avait des sites pareils sur StS !  angry
Hors ligne Homme Nao
Cynao
Science sans musique de fond n'est que ruine de l'âme
***
Messages: 32 211
Âge : 43
Où : Paris Sud



WWW
« Répondre #1 le: 25 Novembre 2003 à 15:05 »

Nan, jamais vu, enfin si des bouts mais c'est tout... (en VO et en VF)

Par contre c'est pas un OAV qui est sorti après, mais une série TV... ;)
Musiques co-composées par Kitarô. En fait il a juste fait 2-3 thèmes qui ont été adaptés par un zikos américain après... Y'a quelques trucs réussis mais pas tout...
Hors ligne Rom1
Cynois
Cyntoqué
***
Messages: 530



WWW
« Répondre #2 le: 04 Décembre 2003 à 17:56 »

Citation
Pour ma part j'ai adoré, à l'exception des côtés "on fait un anime pour les adultes, donc on met du sang et du sexe même si c'est pas la peine".

C'est un film de Kawajiri. Et Kawajiri met tout le tps du sang et du sexe dans ses oeuvres (à l'exception de Vampire Hunter D, à cause des sous américains). Ca fait partie de son style, de ses obsessions narratives : faire se cotoyer l'amour le plus pur et la dépravation la plus décadente, dans le but d'en souligner le paradoxe.
Un dicton dit que les bons réalisateurs sont ceux qui refont inlassablement le même film. Kawajiri est alors un génie puisque ts ses films sont basés sur un même pitch, avec les même personnages. Seuls varient le contexte, les décors, encore que le western/chambarra domine en sous-main.
Avant de se dire que le sexe et le sang sont là pour faire vendre, il faut s'interroger sur les influences du réalisateur (car Kawajiri est loin de n'être qu'un faiseur ou un yes-man). Ici, pour Ninja Scroll, son désir est de rendre hommage aux gds chambarra des années 70, Baby Cart en tête. Une série de films dans lesquels un ronin accompagné de son fils sillonne les routes d'un Japon médiéval décadent. Viols, massacres et pillages semblent être le lot quotidien et le héros ramène monolythiquement un peu d'ordre dans tous ça, via sa vision adaptée du bushido. Il y a également un hommage certain au wu xia pian dans Ninja Scroll, des oeuvres comme Chinese Ghost Story par ex.
Non, définitivement, les obsessions de Kawajiri sur le sexe et la violence ont tt à fait leur place dans son oeuvre crépusculaire et étrangement optimiste.  
Hors ligne Homme subaru64
Cynéens
Cygneur
****
Messages: 1 987
Âge : 46
Où : Pau



« Répondre #3 le: 28 Août 2005 à 15:03 »

Citation
Pour ma part j'ai adoré, à l'exception des côtés "on fait un anime pour les adultes, donc on met du sang et du sexe même si c'est pas la peine".

C'est un film de Kawajiri. Et Kawajiri met tout le tps du sang et du sexe dans ses oeuvres (à l'exception de Vampire Hunter D, à cause des sous américains). Ca fait partie de son style, de ses obsessions narratives : faire se cotoyer l'amour le plus pur et la dépravation la plus décadente, dans le but d'en souligner le paradoxe.
Un dicton dit que les bons réalisateurs sont ceux qui refont inlassablement le même film. Kawajiri est alors un génie puisque ts ses films sont basés sur un même pitch, avec les même personnages. Seuls varient le contexte, les décors, encore que le western/chambarra domine en sous-main.
Avant de se dire que le sexe et le sang sont là pour faire vendre, il faut s'interroger sur les influences du réalisateur (car Kawajiri est loin de n'être qu'un faiseur ou un yes-man). Ici, pour Ninja Scroll, son désir est de rendre hommage aux gds chambarra des années 70, Baby Cart en tête. Une série de films dans lesquels un ronin accompagné de son fils sillonne les routes d'un Japon médiéval décadent. Viols, massacres et pillages semblent être le lot quotidien et le héros ramène monolythiquement un peu d'ordre dans tous ça, via sa vision adaptée du bushido. Il y a également un hommage certain au wu xia pian dans Ninja Scroll, des oeuvres comme Chinese Ghost Story par ex.
Non, définitivement, les obsessions de Kawajiri sur le sexe et la violence ont tt à fait leur place dans son oeuvre crépusculaire et étrangement optimiste.  

Je ne l'aurais pas dis mieux ! J'ai toujours beaucoup aimé l'oeuvre de Kawajiri (et le studio Mad House d'ailleurs), c'est pour ça que j'attend beaucoup d'un éventuel second film sur Jubei ! Des nouvelles de ce film ?
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
 

Page générée en 0.321 secondes avec 21 requêtes.

Google est passé ici 20 Septembre 2018 à 11:58
Cynarhum | Propulsé par SMF 2.0 Beta 1.1.
© 2005, Simple Machines LLC. Tous droits réservés.