Cyna  
*
 
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
224 944 Messages dans 1 873 Topics par 582 Membres. Dernier membre: wakabayashy
Voir les plus récents messages du forum.
 
   Accueil   Aide Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
10 Décembre 2018 à 21:31
Pages: 1 2 [Toutes]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Topic: On est mal !  (Lu 8756 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce Topic.
Hors ligne Athenae
Cynéens
Cygneur
****
Messages: 2 454
Âge : 40
Où : Olympe



« le: 18 Avril 2006 à 18:03 »

Chers cynéens et cynois

Ci-dessous la lettre ouverte adressée par le Président de la CGPME OISE aux
jeunes. A diffuser sans modération... 

Ce qu'oublie de dire cette lettre ouverte c'est que nous connaissons tous,
un nombre important d'entrepreneurs qui ont pris la décision de quitter
notre pays pour s'établir ailleurs.


Je vous invite à y réfléchir alors que plus de 500.000 emplois demeurent
aujoud'hui vacants.


Amicalement.  )

Athenae


Lettre ouverte :

Vous avez raison : le CPE allonge la période de précarité de la période
d'essai , bien plus qu'un CDI, pour lequel la période d'essai est de un à
six mois selon les emplois.

Vous avez raison : quelques grands groupes pourraient abuser du CPE .
Effectivement, pour ceux là, vous seriez corvéables pendant deux ans. Ce
sont aussi ceux qui ne vous embaucheraient pas en CDI.

Mais vous vous trompez de combat .... votre problème n'est pas la précarité
allongée de la période d'essai, votre problème est triple :

· Vous allez devoir rembourser une dette nationale de 1 400 milliards
d'euros, et probablement plus d'ici là, dès que vous commencerez à
travailler.
· Vous allez devoir payer les retraites de ceux qui ont fait la majeure
partie de cette dette et qui ont creusé le déficit budgétaire.
· Vous allez arriver dans une France dans laquelle restent quelques emplois
et peu de travail. Tous les jours, de plus en plus de travail est exporté,
vers des contrées dans lesquelles le droit du travail est plus souple que
dans notre beau pays. C'est peut-être injuste, mais vous n'y pouvez rien.
Cela s'appelle la « compétitivité ».

Ca va être dur, très dur . Vous allez payer des impôts monstrueux, et
cotiser à fonds perdus pour les retraites   et le trou de la sécurité
sociale . Si vous êtes malins, vous partirez là où il y a du travail, et
vous constaterez rétrospectivement que la fameuse « précarité » est partout
sauf là où il y a beaucoup de travail.

Vous voulez des assurances et des certitudes ? En voici quelques unes :

1. Vous allez mourir, un jour. La Vie est précaire. Le gouvernement n'y
peut rien.

2. Personne, ni un gouvernement, ni une administration, ne peut obliger un
employeur à embaucher.

3. Tous les plans d'incitation à la création d'emplois depuis 1975 ont fait
les choux gras des indélicats et ont coûté plus qu'ils ne rapportaient à la
collectivité.

4. Les employeurs (« les patrons » comme l'on dit), sont de moins en moins
nombreux (ce qui explique notamment qu'il y ait moins d'emplois, tout se
tient !). Pour une raison simple : Imaginez-vous devenir employeur ou
patron ? Non bien sûr, parce qu'alors vous seriez d'accord avec
l'introduction d'une plus grande flexibilité dans le droit du travail.

5. Si malgré tout vous devenez employeur dans quelques années :

· vous devrez mettre vos biens personnels en garantie des emprunts
bancaires que vous devrez contracter pour les investissements nécessaires
au fonctionnement de votre entreprise.
· vous n'aurez droit à aucune protection sociale sur l'emploi,
· vous n'aurez pas droit au chômage,
· vous ne pourrez pas réduire votre effectif si votre chiffre d'affaire
baisse,

· vous devrez assurer totalement le règlement des salaires de vos
collaborateurs, quoi qu'il se passe,
· vous devrez payer sans retard toutes les innombrables charges sociales
afférentes aux salaires.


6 . Plus le droit du travail est rigide, plus le nombre d'emplois est
réduit. Imaginez que vous n'ayez pas le droit de divorcer ou de mettre fin
à un concubinage. Est-ce que vous vous marieriez ? Est-ce que vous
choisiriez de vivre avec quelqu'un ?


7. C'est vous qui serez la « France active » demain, et vous aurez alors à
  reconstituer l'économie du pays. Il vous faudra travailler, créer de la
richesse, la partager équitablement, et « assurer l'avenir » de vos
enfants.


8.   Grâce à vos efforts  le CPE  a sauté . Vous avez gagné la bataille qui
vous fera perdre la compétition économique, car elle est mondiale, pas
Française.


Malgré tout cela, les chefs d'entreprises de PME (eux-mêmes ex-chômeurs,
ex-RMIstes, ex-salariés, ex-étudiants, ...) s'acharnent au quotidien à
investir, à créer des emplois, de la richesse ....

Aujourd'hui, 85% des salariés du secteur privé sont employés dans des PME
de moins de 50 salariés qui n'ont rien à voir avec le CAC 40.

Nous vous invitons à nous rencontrer, à venir visiter nos entreprises, vous
verrez que la réalité est bien loin du discours qui vous est tenu.

Hors ligne Homme MCL80
Cynois
Cyntoqué
***
Messages: 424
Où : Ailleurs, loin, très loin



« Répondre #1 le: 18 Avril 2006 à 19:16 »

 mdr

La loghorée des patrons est toujours de la légèreté d'un caterpilar à ce que je vois... C'est beau comme du BHL! mdr

Les gens qui écrivent ce genre de trucs, il faudrait qu'ils fassent un séjour dans certaines banlieues défavorisées, et il comprendraient que les gens sont déjà dans la mouise noire. Quand on est dans ce cas, les prédictions d'apocalypse futur, ça a tendance à pas impressionner.

Citation
Ci-dessous la lettre ouverte adressée par le Président de la CGPME OISE aux
jeunes. A diffuser sans modération...

CGPME: Confédération Génarale des Petites et Moyennes Entreprises, syndicat patronal encore plus à droite que le MEDEF... Et c'est pas peu de le dire. ;) 

Citation
Je vous invite à y réfléchir alors que plus de 500.000 emplois demeurent
aujoud'hui vacants.

Je les cherches toujours, ces emplois. Mais je suppose que, si ils existent, pour les pourvoirs, les patrons sont prêts à augmenter les salaires proposés. C'est marrant, il y a quelques années, personne ne voulait ramasser les poubelles. Les salaires et les primes ont été relevés, et depuis il y a plus de soucis de recrutement... Un vrai hasard. sifflote
Citation
Lettre ouverte :
[...]Vous avez raison : quelques grands groupes pourraient abuser du CPE .
Effectivement, pour ceux là, vous seriez corvéables pendant deux ans. Ce
sont aussi ceux qui ne vous embaucheraient pas en CDI.

Parceque naturellement les petits patrons de la CGPME sont des petits saints qui n'emploient pas de stagiaires pour faire le boulot d'un salarié, qui n'utilisent pas les CDD pour avoir une main d'œuvre corvéable à souhait.

Citation
Mais vous vous trompez de combat .... votre problème n'est pas la précarité
allongée de la période d'essai, votre problème est triple :

· Vous allez devoir rembourser une dette nationale de 1 400 milliards
d'euros, et probablement plus d'ici là, dès que vous commencerez à
travailler.
· Vous allez devoir payer les retraites de ceux qui ont fait la majeure
partie de cette dette et qui ont creusé le déficit budgétaire.

Et oui, les au moins 24 milliards d'€ annuels (qui sont exonérés aux patrons ou reversés en "aides à l'emploi"), il faut bien les piquer dans d'autres poches. Ça crée au passage des déséquilibres dans les comptes publiques. Il faudrait donc peut-être supprimer ces sucreries coûteuses.

Citation
2. Personne, ni un gouvernement, ni une administration, ne peut obliger un
employeur à embaucher.

Bel aveux. Le CPE n'est donc bien pas destiné à créer des emplois, mais à rendre plus précaire des emplois qui de toutes façons auraient été crées. Bel aveux! Certains patrons sont cyniques, mais je n'espérait pas un tel accès de franchise.

Citation
3. Tous les plans d'incitation à la création d'emplois depuis 1975 ont fait
les choux gras des indélicats et ont coûté plus qu'ils ne rapportaient à la
collectivité.

On est bien d'accord, il faut supprimer toutes les gâteries faites aux entreprises pour "favoriser l'embauche".

Citation
4. Les employeurs (« les patrons » comme l'on dit), sont de moins en moins
nombreux (ce qui explique notamment qu'il y ait moins d'emplois, tout se
tient !). Pour une raison simple : Imaginez-vous devenir employeur ou
patron ? Non bien sûr, parce qu'alors vous seriez d'accord avec
l'introduction d'une plus grande flexibilité dans le droit du travail.

5. Si malgré tout vous devenez employeur dans quelques années :

· vous devrez mettre vos biens personnels en garantie des emprunts
bancaires que vous devrez contracter pour les investissements nécessaires
au fonctionnement de votre entreprise.
· vous n'aurez droit à aucune protection sociale sur l'emploi,
· vous n'aurez pas droit au chômage,
· vous ne pourrez pas réduire votre effectif si votre chiffre d'affaire
baisse,

· vous devrez assurer totalement le règlement des salaires de vos
collaborateurs, quoi qu'il se passe,
· vous devrez payer sans retard toutes les innombrables charges sociales
afférentes aux salaires.

Donc, si je suis bien, les responsabilités c'est bien, mais ça serait largement mieux de s'exonerer de certaines règles. Si je comprend bien, l'objectif, c'est d'arriver à un droit où on crée son entreprise avec l'argent des autres, le patron a une protection sociale complète, peut se débarasser de ses salariés sans préavis et sans motif, éventuellement les faire travailler sans les payer, et ne pas payer ses impôts... Ça doit être ce que l'on appelle "l'entreprise citoyenne"... Mais on n'est pas dans le monde merveilleux de Disney, ici, on est dans la vraie vie. niark


Citation
6 . Plus le droit du travail est rigide, plus le nombre d'emplois est
réduit. Imaginez que vous n'ayez pas le droit de divorcer ou de mettre fin
à un concubinage. Est-ce que vous vous marieriez ? Est-ce que vous
choisiriez de vivre avec quelqu'un ?

Pendant des siècles, le divorce n'était pas autorisé, ça n'a pas empêcher les gens de se marier... Et de faire leur travail. sifflote Y'en a même qui faisaient des heures sup' en dehors de la maison. mdr


Citation
[...]Nous vous invitons à nous rencontrer, à venir visiter nos entreprises, vous
verrez que la réalité est bien loin du discours qui vous est tenu.

Oh, la belle figure de style de com' pour finir. C'est beau comme du pipeau. Bien sûr, si je vais voir vos adhérants, il me recevront bien, et me dirons tout de suite qu'ils emploient des CDD pour pourvoir des postes qui devraint l'être en CDI, qu'ils emploient des stagiaires pour des tâches de production. Ce genre de phrase est totalement inutile dans le contexte et je dirais même qu'elle est manipulatoire...
Hors ligne Homme Nao
Cynao
Science sans musique de fond n'est que ruine de l'âme
***
Messages: 32 211
Âge : 43
Où : Paris Sud



WWW
« Répondre #2 le: 18 Avril 2006 à 23:22 »

Dites donc les jeunes précaires et compagnie, ça vous amuse peut-être d'aller faire vos manifs et de sécher vos cours de fac, mais de là à venir foutre le bordel avec vos revendications syndicales à la con sur Cyna, c'est non. Dans six mois vous vous relirez et vous ne saurez plus où vous mettre... -_-
Hors ligne Libbra no Dokho
Cynois
Cytoyen
**
Messages: 95



« Répondre #3 le: 19 Avril 2006 à 00:32 »

Citation
Vous avez raison : quelques grands groupes pourraient abuser du CPE .
Effectivement, pour ceux là, vous seriez corvéables pendant deux ans. Ce
sont aussi ceux qui ne vous embaucheraient pas en CDI.
Quelle découverte!!! Ils le font déjà: j'aimerais bien une stat sur l'évolution du nombre de stagiaires embauchés pour faire un travail qualifié sur des périodes avoisinant les 12 mois et plus, je pense qu'on se marrerait...

Citation
Vous allez devoir payer les retraites de ceux qui ont fait la majeure
partie de cette dette et qui ont creusé le déficit budgétaire.
Rhôôôô!!! Belle formule pour inciter à l'amour entre les générations: On fait quoi? On tue les vieux pour diminuer le taux de pression fiscale? Embaucher ne contribuerait-il pas à alléger la charge sociale en diminuant le nombre de chômeurs?

Citation
Tous les jours, de plus en plus de travail est exporté,
vers des contrées dans lesquelles le droit du travail est plus souple que
dans notre beau pays. C'est peut-être injuste, mais vous n'y pouvez rien.
Cela s'appelle la « compétitivité ».
Notez que dans cette phrase "plus souple" peut être lu comme "bafoué". La logique est justement que les pays à bas salaire, bénéficiant d'un surcroit de compétitivité, rattrape leur retard de développement, ce qui entrainera une hausse du niveau de vie et des salaires à terme et non le contraire, à savoir une paupérisation des "pays développés".

Citation
Ca va être dur, très dur .
Merci Ducon (excusez ce moment d'égarement... Notez néanmoins que j'ai mis une majuscule, preuve de ma très grande estime pour l'auteur ce texte ;): 1 an et demi à chercher du taf avec un bac + 5 en poche, je suis au courant...

Citation
1. Vous allez mourir, un jour. La Vie est précaire. Le gouvernement n'y
peut rien
Imparable cette démonstration, j'en reste bouche bée mdr

Citation
Citation
2. Personne, ni un gouvernement, ni une administration, ne peut obliger un
employeur à embaucher.

Bel aveux. Le CPE n'est donc bien pas destiné à créer des emplois, mais à rendre plus précaire des emplois qui de toutes façons auraient été crées. Bel aveux! Certains patrons sont cyniques, mais je n'espérait pas un tel accès de franchise.
D'où l'intérêt unilatéral du CPE: les entreprises ne créeront pas davantage d'emplois, elles embaucheront seulement à moindre coût...

Citation
3. Tous les plans d'incitation à la création d'emplois depuis 1975 ont fait
les choux gras des indélicats et ont coûté plus qu'ils ne rapportaient à la
collectivité.
Il en remet une couche en plus: tu t'enfonces mon grand!

Citation
6 . Plus le droit du travail est rigide, plus le nombre d'emplois est
réduit. Imaginez que vous n'ayez pas le droit de divorcer ou de mettre fin
à un concubinage. Est-ce que vous vous marieriez ? Est-ce que vous
choisiriez de vivre avec quelqu'un ?
Les licenciements ne sont pas interdits à ma connaissance, il rentre juste dans un cadre juridique... Justifier un licenciement me paraît être un minimum. Pour rester dans l'absurdité de cette comparaison entre les sacrements du mariage et le droit du travail, notez que le nombre d'emplois qu'est susceptible de créer un employeur n'est pas contingenté, alors que la polygamie est interdite!!!! Ce sont les contrats de mariage qui sont bcp plus rigides en fait!!!  mdr

Citation
8.   Grâce à vos efforts  le CPE  a sauté . Vous avez gagné la bataille qui
vous fera perdre la compétition économique, car elle est mondiale, pas
Française.
Mince alors, on a supprimé l'ultime loi (voire la loi ultime) susceptible de nous sortir de ce marasme économique: j'ai du mal lire alors, je croyais qu'elle ne savait à rien, le postulat de base étant que "Personne, ni un gouvernement, ni une administration, ne peut obliger un employeur à embaucher." et que "Tous les plans d'incitation à la création d'emplois depuis 1975 ont fait les choux gras des indélicats et ont coûté plus qu'ils ne rapportaient à la collectivité."... On m'aurait menti??? ;)

Citation
Malgré tout cela, les chefs d'entreprises de PME (eux-mêmes ex-chômeurs,
ex-RMIstes, ex-salariés, ex-étudiants, ...) s'acharnent au quotidien à
investir, à créer des emplois, de la richesse ....
Quels stakhanovistes émérites, quels paragons de vertu, ils sont l'altruisme fait hommes!!! Faut-il verser une larme? Est-ce demander la lune que d'être rémunéré justement à hauteur de la richesse que l'on crée? Car contrairement à ce que laisse entendre ce passage, les chefs d'entreprise créent effectivement les emplois, la richesse, elle, est le fruit du travail de ses employés...

Citation
Aujourd'hui, 85% des salariés du secteur privé sont employés dans des PME de moins de 50 salariés qui n'ont rien à voir avec le CAC 40.
Et donc par opposition aux "riches, méchantes et méprisantes" sociétés côtées au CAC 40, les pauvres PME sont pleines de bonne volonté, mais aussi dépourvues que la cigale lorsque l'hiver fut venu? Non, je fais fausse route, l'auteur érudit d'un texte aussi pertinent ne se laisserait pas aller à de telles considérations manichéennes...

Citation
Nous vous invitons à nous rencontrer, à venir visiter nos entreprises, vousverrez que la réalité est bien loin du discours qui vous est tenu.
... Et ne ferait en aucun cas preuve de démagogie! ;)
Hors ligne Libbra no Dokho
Cynois
Cytoyen
**
Messages: 95



« Répondre #4 le: 19 Avril 2006 à 00:41 »

Dites donc les jeunes précaires et compagnie, ça vous amuse peut-être d'aller faire vos manifs et de sécher vos cours de fac, mais de là à venir foutre le bordel avec vos revendications syndicales à la con sur Cyna, c'est non. Dans six mois vous vous relirez et vous ne saurez plus où vous mettre... -_-
Bien au delà de l'aspect revendicatif, c'est plus l'absurdité de certains arguments avancés dans le texte cité qui m'a fait réagir. Perso, je ne rentrerai pas davantage dans un débat "pour ou contre le CPE".  Tel n'était pas le but de ma réponse.
Hors ligne Hiei-
Cynoix
Cygneur
****
Messages: 3 261


« Répondre #5 le: 19 Avril 2006 à 02:14 »

Dites donc les jeunes précaires et compagnie, ça vous amuse peut-être d'aller faire vos manifs et de sécher vos cours de fac, mais de là à venir foutre le bordel avec vos revendications syndicales à la con sur Cyna, c'est non. Dans six mois vous vous relirez et vous ne saurez plus où vous mettre... -_-

Rien à voir, mais il n'y a pas besoin de manifs pour sujet les cours en Fac  mdr (suffit de voir chaque année, le nombre de première année qui vont en cours assidument  ^^;)
Hors ligne Homme Nao
Cynao
Science sans musique de fond n'est que ruine de l'âme
***
Messages: 32 211
Âge : 43
Où : Paris Sud



WWW
« Répondre #6 le: 19 Avril 2006 à 09:53 »

Dites donc les jeunes précaires et compagnie, ça vous amuse peut-être d'aller faire vos manifs et de sécher vos cours de fac, mais de là à venir foutre le bordel avec vos revendications syndicales à la con sur Cyna, c'est non. Dans six mois vous vous relirez et vous ne saurez plus où vous mettre... -_-
Bien au delà de l'aspect revendicatif, c'est plus l'absurdité de certains arguments avancés dans le texte cité qui m'a fait réagir. Perso, je ne rentrerai pas davantage dans un débat "pour ou contre le CPE".  Tel n'était pas le but de ma réponse.
Arrêtez de déconner, le simple fait que ce texte soit écrit par un chef d'entreprise le rend à vos yeux caduque, ça fait des mois que tout le monde fait la même chose... Pathétique. Je connais les affres de la création d'emplois et je ne puis que confirmer ce que ce mec a dit. En France, pour embaucher quelqu'un, il faut vraiment le vouloir. Il n'y a vraiment rien qui est fait pour t'aider. Alors, CPE ou pas CPE... Pour les petites entreprises, ça ne change rien. Et arrêtez avec vos revendications syndicales pathétiques. Plaignez-vous au gouvernement non pas qu'il crée un nouveau type de contrat, mais qu'il réforme entièrement le système actuel. Ils sont bien en train de le faire pour la déclaration d'impôts... (Seulement pour les employés, vous aurez remarqué... Pas pour les chefs d'entreprise.)
Hors ligne Libbra no Dokho
Cynois
Cytoyen
**
Messages: 95



« Répondre #7 le: 19 Avril 2006 à 11:11 »

Citation
Arrêtez de déconner, le simple fait que ce texte soit écrit par un chef d'entreprise le rend à vos yeux caduque, ça fait des mois que tout le monde fait la même chose...
Faux pour ma part: pour info, mon cursus académique n'est jamais passé par la fac, je ne suis pas syndiqué, je bosse dans le privé, nombre de mes fréquentations ont monté leur affaire... Bref, je ne pense pas être l'archétype du révolutionnaire du 3ème millénaire...
Citation
Pathétique. Je connais les affres de la création d'emplois et je ne puis que confirmer ce que ce mec a dit. En France, pour embaucher quelqu'un, il faut vraiment le vouloir. Il n'y a vraiment rien qui est fait pour t'aider.
Je ne remets pas en cause le fait que les entreprises paient des textes très lourdes, seulement que ce texte avancent des arguments pour le moins contradictoires, pour certains détestables et malhonnêtes. Encore une fois, dire que toutes les mesures pour inciter à l'embauche n'ont servir à rien depuis 1975, (ce que je ne conteste pas du reste) et dans le même temps blâmer les gens qui se sont levés contre le CPE, je trouve ça contradictoire. "Vous avez gagné la bataille qui vous fera perdre la compétition économique": il relève de la malhonnêteté intellectuelle de dire que le CPE, à lui seul, allait nous permettre de redorer le blason de la France en terme de compétitivité économique... Encore une fois, je réagis uniquement sur la base des arguments avancés dans le texte posté ici: certains raccourcis m'ont fait dresser les poils voilà tout... Ce n'est pas pour autant que tu me verras défiler dans les rues en chantant l'Internationale Ouvrière.
Hors ligne Homme Kodeni
Cynéens
Cygneur
****
Messages: 2 038
Âge : 33
Où : Aisne (Picardie)



WWW
« Répondre #8 le: 19 Avril 2006 à 12:06 »

Je ne remets pas en cause le fait que les entreprises paient des textes très lourdes, seulement que ce texte avancent des arguments pour le moins contradictoires, pour certains détestables et malhonnêtes. Encore une fois, dire que toutes les mesures pour inciter à l'embauche n'ont servir à rien depuis 1975, (ce que je ne conteste pas du reste) et dans le même temps blâmer les gens qui se sont levés contre le CPE, je trouve ça contradictoire. "Vous avez gagné la bataille qui vous fera perdre la compétition économique": il relève de la malhonnêteté intellectuelle de dire que le CPE, à lui seul, allait nous permettre de redorer le blason de la France en terme de compétitivité économique... Encore une fois, je réagis uniquement sur la base des arguments avancés dans le texte posté ici: certains raccourcis m'ont fait dresser les poils voilà tout... Ce n'est pas pour autant que tu me verras défiler dans les rues en chantant l'Internationale Ouvrière.
Je comprends tout à fait ce que tu défends Libbra ), mais il faut se dire que ce discours nous donne une mauvaise image du patronnat. Toi même dis que tu fréquentes dans ton entourage des personnes gérant leurs propres affaires, tu dois donc savoir que les mentalités d'employeurs divergent.
C'est comme ceux qui manifestent contre le CPE : il y en a qui sont là pour défendre leurs droits de futurs employés, d'autres qui sont là car on séche les cours et qu'il fait beau...

Subjectivement je n'ai aucune opinion arrêtée sur le CPE. Ca aurait certainement permis de diminuer le chômage sur le court terme, mais ça aurait également permis une exploitation des jeunes actifs par certaines personnes sans scrupules.
Il y a donc du pour et du contre et il faut se dire que des personnes qualifiées travaillent à longueur d'années sur ce genre de débat, elles peuvent donc apporter un semblant de vrai parmi les suppositions et des pro CPE et des anti CPE ;).
Hors ligne Libbra no Dokho
Cynois
Cytoyen
**
Messages: 95



« Répondre #9 le: 19 Avril 2006 à 16:31 »

Citation
Je comprends tout à fait ce que tu défends Libbra , mais il faut se dire que ce discours nous donne une mauvaise image du patronnat. Toi même dis que tu fréquentes dans ton entourage des personnes gérant leurs propres affaires, tu dois donc savoir que les mentalités d'employeurs divergent.
C'est comme ceux qui manifestent contre le CPE : il y en a qui sont là pour défendre leurs droits de futurs employés, d'autres qui sont là car on séche les cours et qu'il fait beau...
On est complètement en phase là-dessus, je n'ai, du reste, jamais dit le contraire: je ne faisais pas la critique du patronnat (j'ai conscience de certaines réalités), seulement de ce texte. Indépendamment de mon opinion sur feu le CPE, je trouve ce texte très mal argumenté (Ex: "La Vie est précaire"... Life is life... LALALALA!!!;) et peu convaincant.
Hors ligne Homme Kodeni
Cynéens
Cygneur
****
Messages: 2 038
Âge : 33
Où : Aisne (Picardie)



WWW
« Répondre #10 le: 19 Avril 2006 à 18:34 »

Citation
Je comprends tout à fait ce que tu défends Libbra , mais il faut se dire que ce discours nous donne une mauvaise image du patronnat. Toi même dis que tu fréquentes dans ton entourage des personnes gérant leurs propres affaires, tu dois donc savoir que les mentalités d'employeurs divergent.
C'est comme ceux qui manifestent contre le CPE : il y en a qui sont là pour défendre leurs droits de futurs employés, d'autres qui sont là car on séche les cours et qu'il fait beau...
On est complètement en phase là-dessus, je n'ai, du reste, jamais dit le contraire: je ne faisais pas la critique du patronnat (j'ai conscience de certaines réalités), seulement de ce texte. Indépendamment de mon opinion sur feu le CPE, je trouve ce texte très mal argumenté (Ex: "La Vie est précaire"... Life is life... LALALALA!!!;) et peu convaincant.

Ok, pas de soucis !
C'est vrai que le texte est très provocateur dans le sens où les anti CPE sont des "abrutis" qui ont laissés passer une chance  scrogneugneu !
Hors ligne Homme MCL80
Cynois
Cyntoqué
***
Messages: 424
Où : Ailleurs, loin, très loin



« Répondre #11 le: 19 Avril 2006 à 18:58 »

Dites donc les jeunes précaires et compagnie, ça vous amuse peut-être d'aller faire vos manifs et de sécher vos cours de fac, mais de là à venir foutre le bordel avec vos revendications syndicales à la con sur Cyna, c'est non.

Bonjour,

Personellement, je ne suis ni jeune ni précaire, ni étudiant, mais quand je vois un texte polémique de la nature de celui de la CGPME posté sur un forum que j'apprécie, j'estime qu'il est important de montrer qu'il n'y a pas qu'un seul point de vue sur la question. ;) Et je dirais que la personne qui a créer le topic l'a bien fait dans le but de faire réagir, non? p

Si tu penses que ce type de sujets de société ne doit pas être abordé sur Cyna, il serait souhaitable de faire disparaître le topic en entier. Comme ça, ni les "pour", ni les "contres" ne se sentiront vexés.

Je ne vois pas non plus où il y aurait des revendications syndicales dans mon texte, qui n'est qu'un ensemble de commentaires plus ou moins ironiques, en revanche dans celui de la CGPME, il y en a qui transparaissent clairement. hypocrite

Ceci dit, ça ne m'empêche pas d'être personellement contre le travail de nuit à 15 ans (à 15 ans, un gamin, la nuit c'est au lit.), contre l'apprentissage à 14 (avec bac +5 y'a pas de boulot, c'est pas avec une formation écourté qu'on en trouve un... Et qu'on en retrouve un quand on se fait mettre à la porte. L'adaptabilité passe aussi par la formation initiale.). C'est tout ce que j'ai à dire sur le sujet. hypocrite

À bientôt!
Hors ligne Homme Ken'oh
Cynoix
Cygneur
****
Messages: 3 014
Où : Johannesburg



« Répondre #12 le: 19 Avril 2006 à 19:21 »


Ceci dit, ça ne m'empêche pas d'être personellement contre le travail de nuit à 15 ans (à 15 ans, un gamin, la nuit c'est au lit.), contre l'apprentissage à 14 (avec bac +5 y'a pas de boulot, c'est pas avec une formation écourté qu'on en trouve un... Et qu'on en retrouve un quand on se fait mettre à la porte. L'adaptabilité passe aussi par la formation initiale.).

Déjà,  je trouve qu'orienter un jeune plus tôt qui se fout de l'école, qui n'a aucun désir de faire de longues études, c'est pas mal car bon, forcer tout le monde à avoir son bac pour ensuite faire une fac où le cursus est archi-bouché, c'est un peu idiot... L'apprentissage n'a rien de mal... J'ai beaucoup de potes qui ne foutaient rien en cours et qui ont maintenant une situation loin de la précarité grâce à un apprentissage... Après, un bac +5 n'a pas de boulot, euh ça dépend du bac+5 quand même, c'est sur que si le type fait genre art du spectacle option castagnette ben le marché est pas super ouvert... Faut être un minimum malin avant de se lancer dans une voie quand même... Enfin moi je dis ça...
Hors ligne Athenae
Cynéens
Cygneur
****
Messages: 2 454
Âge : 40
Où : Olympe



« Répondre #13 le: 19 Avril 2006 à 20:10 »

Salut à tous,

bon comme le dit MCL 80, si j'ai posté cette lettre ouverte, c'était pour vous faire réagir sur le sujet, car je trouve que les gens de cyna ont en général assez de recul et d'esprit d'analyse pour apporter leur pierre.

Par ailleurs, au-delà de toute considération ou préférence politique, au-delà du pour ou anti-CPE, je souhaitais partager avec vous mon incrédulité (doux euphémisme) sur une société qui plonge à grande vitesse, qui s'en rend compte (pour certains)...mais qui soit refuse toutes réformes, soit ne propose aucune alternative digne  de ce nom.

Personnellement, je ne suis pas vraiment pour le CPE, mais en tout cas certainement pas contre...je dis juste que si rien ne change, on va droit dans le mur...et c'est ce que dit la lettre ouverte.
Ce que j'aime dans cette lettre, certes brutes de fonderie, c'est qu'elle essaye de dire "eh oh, réveillez vous, on va dans le mur..."

Alors quelques réponses :


mdr


Citation
Je vous invite à y réfléchir alors que plus de 500.000 emplois demeurent
aujoud'hui vacants.

Je les cherches toujours, ces emplois. Mais je suppose que, si ils existent, pour les pourvoirs, les patrons sont prêts à augmenter les salaires proposés. C'est marrant, il y a quelques années, personne ne voulait ramasser les poubelles. Les salaires et les primes ont été relevés, et depuis il y a plus de soucis de recrutement... Un vrai hasard. sifflote


Je ne sais pas d'où le chiffre est tiré...mais une chose est certaine, à ce jour, 90 000 emplois sont non pourvus dans le BTP.
Et croyez moi sur parole, le BTP paye pas mal les emplois non-cadre...par ailleurs, la création d'entreprise de rénovation se multiplient...et la demande en général est de plus en plus forte (les foyers consacrent de plus en plus de leur revenu à leur intérieur et à leur confort...et moins aux vacances par exemple)
DOnc, je pense ce chiffre de 500 000 tout à fait crédible...et pas toujours dû au salaire.
Soit dit en passant, concernant ton exemple, je ne pense pas que le problème soit spécialement dû au niveau initial d'un éboueur, qu'à l'écart entre ce salaire et le chômage.



(avec bac +5 y'a pas de boulot, c'est pas avec une formation écourté qu'on en trouve un... Et qu'on en retrouve un quand on se fait mettre à la porte.


Autre exemple concret : ma femme est diplomée de Sciences Po et de l'ESSEC depuis MArs 2003 (N°2 derrière HEC) et a signé son premier CDI en octobre 2005...çà laisse rêveur...mais plus que la méchancité pas sympa du tout des employeurs...qui sont vraiment pas cool d'embaucher ma femme pourtant très charmante  rolleyes ... j'y vois plutôt l'impasse énorme dans laquelle se trouvent la plupart des entreprises (je parle pas d'exception types Total ou l'industrie Phrma...secteurs qui quoi qu'on en dise, embauche à tour de bras  ;))

De ce fait, je partage sur le forme l'appel à la raison lancée par la lettre (même si certains arguments sont très directs) avec le en gros : "c'est pas des emplois subventionnés ou autres ssytèmes de bonus malus fiscaux qui vont changer la donne...la croissance çà ne s'improvise pas, çà ne s'achète pas comme des croissants  ^^;...çà s'obtient avec du travail...

... alors 3 options stratégiques pour la France :

- soit on choisit la protection à tout va (chomage, sécu, retraites, arrêts maladies, 35 h, etc.)...et il faut en accepter les conséquences e assumer une économie stagnante, non créatrice d'emplois dégradant le pouvoir d'achat

- soit un modèle plus libérale...c'est à dire entre autres moins de charges pour les entreprises et les particuliers (mais donc moins de revenus pour l'état...et donc des réductions de coûts en regard  rolleyes)

- soit un nouveau modèle de contrat de travail...beaucoup flexible et donc incitatif pour les employeurs

...dans tous les cas, ce ne sont certainement pas les mesures gadgets et forts peu courageuses ...voir complètement à côté de la plaque prises ces 2 dernières décennies qui changeront la donne  ;)


Libra no dokko > j'aimerai avoir ta solution...ou en tout cas l'amorce d'une proposition...parce qu'à part te foutre, très grossièrement, du point de vue du mec...je ne vois pas grand chose  de très cérébral  ^_^
(désolé, rien de personnel...mais c'est vrai fais un effort d'argumentation  ;))

concernant le licenciement...seuls sont autorisés à ce jour les licenciements économiques...ou les licenciements pour faute...alors l'alternative pour une entreprise tout juste bénéficiaire (la majorité tout de même) devient le gel des embaucjes ou le recours abusifs aux stages et autres CDD (honnêtement vaudrai mieux un CPE en terme de précarité, d'expérience et de valorisation d'un CV)
Hors ligne Libbra no Dokho
Cynois
Cytoyen
**
Messages: 95



« Répondre #14 le: 19 Avril 2006 à 20:24 »

Citation
Déjà,  je trouve qu'orienter un jeune plus tôt qui se fout de l'école, qui n'a aucun désir de faire de longues études, c'est pas mal car bon, forcer tout le monde à avoir son bac pour ensuite faire une fac où le cursus est archi-bouché, c'est un peu idiot... L'apprentissage n'a rien de mal... J'ai beaucoup de potes qui ne foutaient rien en cours et qui ont maintenant une situation loin de la précarité grâce à un apprentissage...
Tout à fait d'accord, il y a toujours eu chez nous un dénigrement de l'enseignement "technique", contrairement à des pays comme l'Allemagne où ce type de formation est valorisé. Le problème, c'est qu'il y a une inadéquation entre l'offre et la demande de travail. Certains secteurs sont complètement bouchés, alors que certains employeurs cherchent désespérément de la main d'oeuvre dans d'autres (Ex: le BTP)

Citation
Après, un bac +5 n'a pas de boulot, euh ça dépend du bac+5 quand même, c'est sur que si le type fait genre art du spectacle option castagnette ben le marché est pas super ouvert... Faut être un minimum malin avant de se lancer dans une voie quand même... Enfin moi je dis ça...
Ayant été confronté à cette situation, je peux te faire part de mon expérience personnelle: sans être un bourreau de travail, je n'ai jamais non plus été complètement un vil fumiste (même si j'ai un peu de sang corse qui coule dans mes veines  ;)), je n'ai pas fait un "bac +5 exotique" (que personne ne s'insurge cette expression ne se veut en rien méprisante), mais une formation plutôt appréciée des entreprises ( école supérieure de commerce) dans un établissement a priori bien perçu par le monde de l'entreprise (si j'en crois la presse spécialisée de l'époque et les moindres difficultés qu'ont eu les promotions antérieures à trouver du travail). Bilan: 1an et demi à chercher du boulot (entre-coupé d'une expérience pour le moins incertaine). A la limite, on peut mettre en cause ma motivation, mon organisation dans mes recherches de travail, etc... Tout ne fut sans doute pas parfait dans ma démarche. Malheureusement je fis, à l'époque, l'inquiètant constat que ma situation n'avait rien d'un cas isolé...

De la difficulté d'être sur le marché de l'emploi entre 2 tours qui se cassent la gueule et une Guerre au Moyen-Orient  ;)
Hors ligne Libbra no Dokho
Cynois
Cytoyen
**
Messages: 95



« Répondre #15 le: 19 Avril 2006 à 21:51 »

Citation
Libra no dokko > j'aimerai avoir ta solution...ou en tout cas l'amorce d'une proposition...parce qu'à part te foutre, très grossièrement, du point de vue du mec...je ne vois pas grand chose  de très cérébral 
(désolé, rien de personnel...mais c'est vrai fais un effort d'argumentation  )
1. Je n'ai jamais eu la prétention d'apporter une solution à la crise de l'emploi. Tu te doutes bien que si je la connaissais, je ne serais pas où je suis actuellement ;)
2. Concernant mon argumentation, elle est peut-être incomplète sur certains points, voire expédiée sur certains autres. Je pense néanmoins avoir développé ceux qui me faisaient tiquer le plus dans mes précédents posts. Tu apprécies ce texte, c'est ton droit. Personnellement, je trouve que la plupart de ses arguments tout à fait contestables, au mieux maladroits, au pire malhonnêtes.

"Personne ne peut obliger un employeur à embaucher, toutes les mesures incitatives sont condamnées à l'échec", pourtant avec le retrait du CPE nous gagnons "la bataille qui va nous perdre la compétitivité économique"? Or, le CPE a été présenté comme une mesure incitative à l'embauche. Si je me fie à l'auteur, elle ne sera donc pas couronnée de succès puisque "Personne, ni un gouvernement, ni une administration, ne peut obliger un employeur à embaucher." Donc l'employeur n'embauchera que le personnel dont il a besoin (ce qui au fond est complètement normal), mais ne créera aucun nouveau poste. Conclusion: l'employeur n'embauchera pas plus, mais à moindre coût. Encore une fois, ce n'est pas une banderille lancée contre les employeurs, juste un moyen d'illustrer ce en quoi je trouve ce texte très mal construit.

De plus, c'est être bien naïf que de penser que le CPE a lui seul aurait résolu tous nos problèmes de compétitivité. La compétition est mondiale et globale. Penser ainsi c'est occulté que la compétitivité de la France n'est pas déterminé par les seules mesures sociales, mais aussi par les politiques économiques et monétaires menées à l'échelle européenne et mondiale...

Il n'y a peut-être rien de cérébral dans ce que j'écris (rien de personnel, j'ai bien compris ;)), néanmoins je tente (je n'y arrive peut-être pas toujours) d'éviter les raccourcis et autres amalgames faciles.

Citation
concernant le licenciement...seuls sont autorisés à ce jour les licenciements économiques...ou les licenciements pour faute...alors l'alternative pour une entreprise tout juste bénéficiaire (la majorité tout de même) devient le gel des embaucjes ou le recours abusifs aux stages et autres CDD (honnêtement vaudrai mieux un CPE en terme de précarité, d'expérience et de valorisation d'un CV)
Je ne consteste pas, qu'il faille assouplir le droit du travail, je suis complètement d'accord sur ce point. De là à licencier quelqu'un sans aucun motif, laissant cette personne sans aucun droit derrière, je me dis que nous sommes revenus au temps du contrat léonin... De ce fait, je m'inquiète légitimement du genre de dérives que cela risque d'entraîner, en ce sens qu'il n'y a plus aucun cadre légal protégeant le salarié. Je pense qu'entre rigidité du droit du travail et précarité de l'emploi, trouver un juste milieu est envisageable, cela ne fait pas pour autant de moi un partisan de l'immobilisme.

Citation
Autre exemple concret : ma femme est diplomée de Sciences Po et de l'ESSEC depuis MArs 2003 (N°2 derrière HEC) et a signé son premier CDI en octobre 2005...çà laisse rêveur...mais plus que la méchancité pas sympa du tout des employeurs...qui sont vraiment pas cool d'embaucher ma femme pourtant très charmante   ... j'y vois plutôt l'impasse énorme dans laquelle se trouvent la plupart des entreprises (je parle pas d'exception types Total ou l'industrie Phrma...secteurs qui quoi qu'on en dise, embauche à tour de bras  )
L'expérience de ton amie me parle beaucoup plus que tu ne le penses... Confère mon précédent post ;)
Hors ligne Athenae
Cynéens
Cygneur
****
Messages: 2 454
Âge : 40
Où : Olympe



« Répondre #16 le: 20 Avril 2006 à 16:23 »

On est grosso modo d'accord Libra sur la pérénité d'une solution type CPE  ;)...même si la très grande flexibilité apporté par ce contrat peut permettre à certains employeurs de se lâcher sur les embauches, j'y vois plusieurs inconvénients :

- risque de dérives type poste réel affecté systématiquement à un stagiaire : c'est du vécu, j'ai vu çà chez Renault (c'est pas le barbier du coin) où 3 postes en contrôle de gestion étaient occupé depuis plus de 4 ans par des stagiaires (6 mois parfois renouvellés  -_- !!!)....
...et donc de précarité

- discrimination de ce contrat : en gros, si tu as 26 ans, t'es dans la mouise par rapport à quelqu'un de moins de 26 ans....idem, si tu es licensié à 26 ans à la suite d'un CPE...bonjour les dificultés de reclassement

- l'aspect marginal de l'incitation à l'embauche...par rapport à un CDD et autres intérims. En effet, un employeur, qui cherche un effet de levier pour accroître sa production et donc son carnet de commande potentiel, a déjà aujourd'hui la possibilité de recourir à un CDD (certes plus cher !)...
...de ce fait, je suis sceptique dur l'impact  long terme du CPE à créer des emplois.




Par contre, je suis un fervent partisant du "on se bouge sérieusement le cul...pour réformer notre économie" et je conspue les partisants du  "un employeur ne souhaite pas à employer...car il a besoin de personne et de toute façon il cherche à se faire un max de blé avec un minimum de salariés"


En effet, là où je partage le point de vue de la lettre ouverte, c'est que la croissance ne tombe pas du ciel mais est engendrée par :

- une hausse de la demande...elle même due à une nouvelle offre ou à une augmentation du pouvoir d'achat.

- donc plus d'offre (cause) et/ou plus de besoins l'exploitation (conséquence) au sens large du terme (commerce, achats, production, logistique, etc. )...
...ce qui nécessite tôt ou tard un levier humain ou un investissement nécessitant lui même plus de main d'oeuvre pour créer cet investissement, le mettre en place puis le maintenir (ex. : achat dans l'industrie d'une nouvelle machine pour produire plus ou de meilleur qualité...et ainsi vendre plus et mieux amortir les couts fixes)



Il y a donc 3 leviers à la croissance et donc à l'embauche :
- 1/ augmenter le pouvoir d'achat des ménages
- 2/ que les entreprises investissent pour diversifier leur offre (produits / services)
- 3/ que les entreprises investissent pour augmenter leurs volumes de production (produits)



Alors comment y parvenir, c'est à mon avis assez simple (mais dans le désordre) :

A/ Baisser les charges et impôts...
- pour augmenter le pouvoir d'achat des ménages
- et donnez de l'air à des finances d'entreprises plus moribondes que beaucoup le pensent (je travaille aujourd'hui pour le groupe PSA - Peugeot/Citroën - et la marge du groupe est de 2 à 3 % vs 11 % pour Toyota  ouhla - soit moins que les revenus d'un livret A pour rémunérer des actionnaires qui ont investis leur fric et pour tenter ces fameux investissements)

B/ çà nous donne moins de revenus pour l'état...donc il faut aussi baisser les dépenses de l'état...alors quels sont-elles :
- les retraites (difficile d'y toucher...même si l'allongement du temps de travail pour tous, y.c les profs, la SNCF et tout et tout...est une solution déjà - malheureusement pour nous - dans le sens de l'histoire)
- le remboursement de la dette (là non plus pas grand chose à faire...quand on a emprunté, il faut bien rembourser un jour...le plus tôt étant le mieux en terme de  taux d'intérêts)
- la sécurité sociale (un premier axe de réflexion)
- le chomage (si tu réussit A/...çà se résoudra...cercle vertueux  rolleyes)
- la fonction publique (deuxième axe de réfléxion)
- les grands travaux - routes, lycée, etc. (çà pèse moins lourd...mais un effort de quelques années peut rapporter gros)


Athenae



Pages: 1 2 [Toutes]   Haut de page
  Imprimer  
 
 

Page générée en 1.361 secondes avec 21 requêtes.

Google est passé ici 01 Octobre 2018 à 09:23
Cynarhum | Propulsé par SMF 2.0 Beta 1.1.
© 2005, Simple Machines LLC. Tous droits réservés.