Cyna  
*
 
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
224 944 Messages dans 1 873 Topics par 582 Membres. Dernier membre: wakabayashy
Voir les plus récents messages du forum.
 
   Accueil   Aide Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous  
25 Juin 2017 à 03:50
21/09 00:25
Nao
Le site > Choix final du portail
15/08 08:37
Lionel
Le site > Erreur sur le forum ?
30/07 18:01
Nao
Divers > Ici et pas ailleurs, on floode grave !
22/05 23:49
Nao
Musique > Concerts et spectacles intéressants
09/12 16:49
Ryō
PC & informatique > L'Opéra où Chrome l'Explorateur part en Safari chasser le Firefox
08/08 00:42
Nao
Anime (oeuvres) > Rebuild of Evangelion
22/09 16:02
Nao
Anime (oeuvres) > FullMetal Alchemist : 鋼の錬金術師
19/08 12:02
Nao
Anime > Plannings des prochains anime diffusés au Japon
31/07 17:04
Nao
Anime > Les vieilles séries de nos jeunes années...
30/07 13:45
subaru64
Manga > Kurosagi - The Black Swindler ~ Kuromaru & Takeshi Natsuhara
24/06 20:19
Thomas
Cynarhum² > Politique et Goldorak
24/06 20:18
Thomas
シナラムから日本へ > Topic unique Saint Seiya
18/06 18:37
Nao/Gilles
Naologismes > L'actualité de copain Yamauchi
18/06 18:33
Nao/Gilles
Naologismes > La princesse et le miracle
16/06 21:03
Kurumauchi
シナラムから日本へ > Dessins animés du moment
 

Politique et Goldorak

Parce que je me sens plus concerné par les élections que par le Meikai, parce que pour moi, se battre contre un pro-TomCruise ou une anti-Goldorak, c'est un devoir aussi noble et chevaleresque que de bouter le Kurumada hors de France, je transfère ce topic en homepage et je lance le débat : votez Bayrou ! (Et paf dans la mare.)

Etre père, ça se mérite.

Ce n'est pas passé inaperçu aujourd'hui, un trolleur (elburrito) est venu lâcher une bombe très originale sur le forum ("Kurumada c'est un dieu, vous n'êtes que de fades petits Français au charisme d'un cloporte", in texto). Dans son premier message, il affirmait ainsi avec beaucoup de flegme en parlant de notre relation avec Kurumada : Pour un père quelle est la chose la plus impardonnable?... La trahison!!!!!!!
Bourricot, je vais répondre sur la place publique à cette accusation, que j'ai abandonnée jusqu'ici pour mieux développer ma pensée à son sujet.

Je n'ai jamais été père, mais je pense être assez fin pour comprendre comment ça marche.

Un père, quand il a un enfant, il est responsable de son éducation. Il va l'élever, lui apprendre les bonnes manières, lui inculquer sa vision des choses et lui enseigner de quoi se débrouiller dans la vie.
Ensuite, quand son enfant aura la majorité, il partira de la maison, se trouvera un travail, une petite amie, et fera de son mieux pour écouter les conseils de son papa autant que possible. Mais, étant majeur et vacciné, s'il respecte son père, il n'en est pas pour autant obligé de lui vouer une admiration pas forcément très saine.

Maintenant, tu considères Kurumada comme le père de Saint Seiya... Admettons. J'ai des arguments contre, mais admettons.

Kurumada a donc fait un Saint Seiya, lui a donné sa vision des choses, et l'a aidé à grandir. En fait, au fond de lui, il savait que sa femme était allée le faire avec un autre, et que ce n'était pas son véritable enfant. Mais bon, il n'est pas un mauvais bougre à la base, et il l'a presque autant aimé que son premier fils, Rinkake. Enfin, "presque autant", il ne faudrait pas pousser, mais il a quand même fait des efforts. Un jour, il s'est énervé contre lui et il a décidé de le mettre en pension jusqu'à sa majorité.

Vingt ans plus tard, le petit Saint Seiya est devenu grand, et il s'est trouvé une petite amie en pension : ses fans de longue date. Kurumada ne peut pas empêcher son gosse de fréquenter qui il veut, n'est-ce pas ?
Il se trouve que le petit Saint Seiya a également eu de bons professeurs à l'université, qui lui ont enseigné une autre façon de voir la vie. Le professeur Yamauchi, notamment, était son préféré.

Mais bon voilà, monsieur Kurumada a eu vent de l'enseignement du Pr. Yamauchi, et a intercédé auprès de son université pour qu'il soit viré. Ce faisant, Kurumada a imposé à son fils un professeur qu'il a choisi lui-même, malheureusement trop grabataire pour être aussi libertaire que le Pr. Yamauchi. Ainsi, Kurumada est rassuré : son fils est en de bonnes mains.

Seulement voilà, Saint Seiya dépérit sans l'enseignement de Yamauchi, et sa petite amie ne le reconnaît plus. Il a changé de voix, elle n'y sent plus de flamme. Il n'a plus la même conviction, la même énergie quand il s'agit de défendre des valeurs très fortes comme la justice et l'amitié. Il n'écoute plus de musique, il ne s'intéresse plus à la poésie, à l'art. Le professeur Katsumata, c'est son nom, lui aurait de toute manière rappelé que ce n'était plus de son âge de faire des gamineries, que les envolées lyriques, c'était bon pour la pré-adolescence.

Ainsi, monsieur Kurumada est rassuré. Car non seulement il a réglé le problème de l'éducation de son fils, mais en plus celui-ci est en train de se faire plaquer par sa petite amie qu'il trouvait trop enjouée et pas assez sérieuse.
Maintenant, il veut de nouveau régler sa vie. Rattraper le retard. Il lui a trouvé du travail. Oh, pas grand chose, un poste dans la section marketing de Bandai. Il va aider à vendre des jouets. Ca va lui apprendre ce que son père a toujours considéré comme une bonne chose : ne jamais s'éterniser, toujours résumer sa pensée en une image, et bien gagner sa vie accessoirement. Il lui a également trouvé la femme idéale, et va arranger son mariage avec Mlle Teshirogi. Elle est de bonne famille, jolie et très aimante. Personne ne la déteste. Mais le petit Saint Seiya, dans l'affaire : est-il heureux ? Il veut bien être ami avec Mlle Teshirogi--mais l'épouser ?! Est-ce qu'il ne préfèrerait pas être avec la personne qu'il aime vraiment--son public ?

Voilà, monsieur Bourricot. Vous aviez le choix des armes : j'ai tiré dans le mille. Et vous ?

Episode 13

Et voilà... C'est fini. J'ai pris mon courage à deux mains et j'ai regardé les 7 dernières minutes de l'épisode 13. Je ne sais pas trop quoi dire... C'est probablement le plus bel épisode de Hadès...

Et en matière d'expérience artistique, c'est la plus belle réussite de Saint Seiya, devant Abel. Pourquoi ? Parce que faire en moins d'un mois un épisode de 26mn aussi beau, bien dessiné, bien mis en scène, et avec un scénario qui tienne la route, ça tient du miracle. Franchement, je ne m'attendais pas à grand-chose pour cet épisode 13... J'attendais plutôt au tournant les épisodes 11 et 12. Et là, c'est une vraie claque... J'ai retrouvé encore une fois les sensations de ma jeunesse. Non seulement le scénario a été modifié d'une façon qui rend les choses beaucoup plus agréables à regarder que ce qu'on avait dans le manga, ce qui est déjà en soi une raison suffisante pour louer la scénariste Michiko Yokote, mais en prime on a droit à un événement totalement inédit : une conversation entre amis de Shion et Dohko, qui à l'origine dans le manga n'auraient pas pu se retrouver. Tout ça sur fond de musique du film d'Asgard... En fait, c'est bien simple, je crois que la totalité des musiques de la deuxième partie de l'épisode provient du film d'Asgard. Et quelle bonne idée ! Contemplatif au possible, cet épisode rendait définitivement hommage aux piliers esthétiques que sont les films d'Asgard et d'Abel. A cela, il ajoute une belle histoire, et des passages émouvants mettant en scène des personnages qu'on a appris à connaître au fil des ans.

Aujourd'hui, je regarde derrière moi, et je vois treize épisodes d'une magnifique saga qui a égalé celle de la série TV. Et je le dis, et le répète. Merci à tout le staff de Saint Seiya. Merci à tous, je vous suivrai jusqu'au bout dans vos carrières. Ce sont des oeuvres pareilles, qui me rendent fier d'aider à faire connaître des auteurs tels que Shigeyasu Yamauchi qui autrefois seraient passés inaperçus en France. Merci !

Naoki et Seiya, même combat ?

Bon, me revoilà...
Je sais pas trop quoi dire mais je suis de retour.

J'ai vu l'épisode 7 tout à l'heure et il est surprenant.

- Il n'a pas de scène "émouvante" contrairement à tous les épisodes précédents (à part une courte mais jolie scène où Shiryû réalise que son maître est mort, s'apprête à revenir en arrière, puis s'excuse d'avoir fait perdre du temps à ses amis). Par contre, une multitude de petites scènes très courtes et "raffraichissantes", des plans amusants... (Seiya qui se ramasse la tronche, Shiryû qui frappe par erreur Hyôga et Shun, ces deux derniers se retrouvant comme des cons devant le gouffre de la Maison du Bélier, Mû qui reste facilement accroché 5 minutes au pilier au moment de l'arrivée de Seiya, ce dernier lui demandant l'autorisation de se battre, puis avant de partir rappelant à Mû que tout le monde l'attendra, parce qu'après tout, il n'a pas encore réparé leurs armures... eh eh !)
- Il n'a pas de "grosse musique très forte" à un quelconque endroit. Par contre, une multitude de petites musiques pas souvent entendues dans Hadès, voire jamais. Une belle surprise : Dead End Symphony dans le combat Mû contre Papillon.
- Il n'a pas non plus de "gros combat". Contrairement au manga qui consacre près de cent pages à Papillon, il n'a ici droit qu'à la moitié de l'épisode, et surtout son "vrai" combat se finit en deux minutes, avec un total d'environ 5mn de combat "face à face, homme à homme" entre Mû et Papillon... Sur 21mn d'épisode c'est assez amusant !
- Le graphisme est le plus inégal depuis le début de Hadès. Une succession de plans superbes, et de dessins complètement râtés. On dirait presque que Shizuo Kawai est venu jouer les guest stars chez les intervallistes !
- Une influence très marquée de Shigeyasu Yamauchi sur une scène où Papillon immobilise Seiya et lui tord les membres (brr, ça doit faire mal !), et où on assiste à des déformations exagérées (et donc très Yamauchiennes ;-)) sur le corps de Seiya... Impressionnant. On a même un plan très rapide avec un gros plan Miyazakien (style Conan) sur ses dents (!) et une vue en contre-plongée de ses yeux un peu à la Morimoto. Disons qu'il faut le voir pour... ^^; Ah oui, on a aussi droit dans cette scène au désormais classique "Seiya ! Seiya ! Seiya !" prononcé par les petits copains de notre héros, avec leurs portraits respectifs, y compris celui d'Ikki, sauf que celui-ci reste désespérément muet... Occupé sur un autre doublage ? Pas envie de venir juste pour doubler UN mot ? ;-)

Voilà en gros mes impressions à chaud... euh, à tiède plutôt... ;-)

Compte-rendu des épisodes 7 et 8

Allez hop, la suite... Je signale quand même que ça n'est pas une liste exhaustive.

Evénements de la partie Mû contre Myû du Papillon (tome 20 du manga, épisode 7) :
- Le combat est fortement raccourci (forcément, il fait la moitié du volume dans le manga !), notamment à cause de l'ajout de Seiya dans l'histoire.
- La scène de la page 104 a été retirée (Mû se faisant fracasser par Gigant).
- Idem pour la scène du combat psychokinésique des pages 134 et après.
- Pas de page 147 non plus (scène où le Stardust Revolution de Mû n'a pas d'effet sur Papillon).
- Mû n'est pas le seul à être enveloppé dans le cocon de Papillon, Seiya l'est aussi (il me semble que ça avait déjà été sous-entendu).
- Shiryû, Hyôga et Shun montent les marches du Sanctuaire ensemble.

Evénements de la partie Aiolia contre Raimi du Ver de Terre (tome 21 du manga, épisode 8 je présume) :
- Aiolia dit plus de choses que dans le manga (tiens ? voilà une bonne nouvelle... Ils ont peut-être voulu profiter un peu plus de la présence de Hideyuki Tanaka ?)
- Le combat entre Laimi et Aiolia est plus court (un ou deux passages raccourcis).

Ensuite, Shiryû, Hyôga et Shun rejoignent Seiya. (Youpi ! Athena Exclamation pour tout le monde ! ;-))

Enfin, événements de la partie Shaka (épisode 8 encore) :
Là j'ai un peu plus de mal à comprendre... Apparemment la séquence serait un peu moins "flashy" que dans le manga. A part la scène de l'invocation des esprits, je ne vois pas ce que ça signifie. Sinon, je lis que personne n'est vaincu (euh, c'est comme dans le manga), et que Shaka se débarrasse de trois spectres d'un coup - probablement Ox, Cube et Milz, comme dans le manga... Difficile de saisir tout ce qui se lit sur les forums japonais, mais ailleurs je lis que justement, la partie sur Ox, Cube et Milz n'a pas été adaptée (encore quelque chose qui est contredit encore ailleurs). L'épisode 8 se termine apparemment bien à l'endroit que j'envisageais dans mon découpage original : à la fin du chapitre "Les 108 perles", page 64 du tome 21.

On finit sur une petite surprise qui n'en est plus vraiment une : le titre de l'épisode 10 est bien "Konjiki no gekitotsu", soit "Le violent choc d'Or", comme annoncé il y a bientôt deux mois... Hihi. Je n'ai pas de confirmation sur le titre de l'épisode 9 par contre, mais j'imagine que c'est la même chose (Kyôji no hate, les limites de l'amour-propre). Ah oui, et il paraît que dans l'épisode 8, Aiolia est fort joliment dessiné.
Pages: [1] 2 3 précédente »


 
Page générée en 0.512 secondes avec 20 requêtes.

Google est passé ici 23 Juin 2017 à 07:13
Cynarhum | Propulsé par SMF 2.0 Beta 1.1.
© 2005, Simple Machines LLC. Tous droits réservés.